Je vous l’avais expliqué dans mon dernier article : le voyage qui débute aujourd’hui est un “voyage par procuration”.

C’est ballot

Depuis quelques jours, Coco, son épouse Méja ainsi que leurs 4 filles, Mitou, Mouti, Manou et Minou s’affairent à préparer leur voyage. Ce sont eux qui représentent Madagascoeur dans cette nouvelle aventure. Avec des paréos, du savon, des cahiers et des stylos, toute la famille prépare des ballots. Ces derniers seront distribués dans le cadre du projet “C’est ballot” au fil de ce voyage.

Enfin le départ

Lundi, c’est enfin le départ. La “petite” famille sera notre guide qui va nous emmener de Tannanarive jusqu’à Antsiranana. Cette ville est plus connue sous le nom de Diego Suarez. Elle est située à l’extrême nord de Madagascar. Un voyage aller – retour de plus de 2’000 kilomètres nous attend.

Maevatanana: “le beau village”

Nous quittons la capitale vers midi,  pour rejoindre Maevatanana “le beau village” en fin de journée.  Sur le bord d’une route, nous faisons une charmante rencontre, un lémurien qui a probablement fuit la forêt à cause des feux de brousse ou des braconniers.

Collines vallonnées recouvertes de prairies jaunies

De magnifiques paysages défilent sous nos yeux. C’est un mélange de la RN 7 (sud) et de la RN 35 (ouest vers Morondava) : des villages traditionnels, des collines vallonnées recouvertes de prairies jaunies. Nous arrivons à destination après avoir parcouru 330km en 6h30 de voyage.

Une des villes les plus chaudes du pays

Notre étape du jour, Maevatanana est une ville de 30’000 habitants, qui est  l’une des villes les plus chaudes du pays. Elle est surtout connue dans tout le pays pour être l’un des centres de négoce de l’or, et les orpailleurs y affluent depuis le XIXe siècle. Elle constitue également la principale étape de la route nationale RN 4 sur l’axe Antananarivo-Mahajanga

Rechercher de l’or

Aujourd’hui, on tamise encore la boue des rizières afin d’y rechercher de l’or. Cependant, la recherche la plus productive a lieu dans le sol creusé de galeries et dans le lit des cours d’eau.

Observer les crocodiles de la Betsiboka

Partager la quête des orpailleurs et observer les crocodiles de la Betsiboka sont deux des activités qu’il est possible d’organiser depuis cette localité. La rue principale est bordée de gargotes, d’épiceries et de débits de boissons.

Je me réjouis de partager ce blog quotidien avec vous durant les prochains jours.

Restez informés sur notre blog.

Vérène Décaillet

Présidente