Lors de notre voyage 2017, j’envoyais régulièrement des nouvelles par message en Suisse. Un jour, j’ai écrit à une connaissance qui aime beaucoup voyager “Tu devrais venir avec nous ici, ça te plairaît”. Mais au lieu d’envoyer mon message à son destinataire, je l’ai envoyé à ma maman. Quelques minutes après, ma maman répondait “Oui, j’aimerai beaucoup venir”.

12 mois plus tard, cette erreur de destinataire s’est transformée en une formidable aventure avec mes parents: Chantal, 74 ans et Oscar, 72 ans, nos premiers touristes “Madagascoeuriens”. Voici leur témoignage:

Impressionnant voyage sur la grande île de Madagascar

 

Nous avons terminé un lointain voyage vers cette île de l’Océan indien. C’est un pays magnifique, avec une faune et une flore riche et variée. Sa population sympathique, joviale, souriante et accueillante… mais pauvre ! “Notre richesse ce sont nos enfants” nous expliquait notre guide… A notre question: “Que peut-on leur apporter ?”  une Sœur malgache officiant à Bienne répondit: “TOUT, ils n’ont rien !”

Actuellement, le Peuple malgache fait parler les rues de Tananarive, la capitale. Son objectif est d’avancer les élections présidentielles agendées en décembre 2018 et donner à ce pays un autre gouvernement en changer de président. Ce pays est devenu indépendant de la France en 1960.  La France y régnait depuis 1893.

Tout comme les responsables suisses de Madagascoeur, Vérène et Thierry, nous avons vécus la distribution de tous les dons reçus en Suisse. Ils furent remis  à ceux qui en ont grands besoins, priorité donnée aux enfants.

Nous avons  visité le premier orphelinat dans la capitale. 28 enfants, de 18 mois à 5 ans y vivent du lundi matin au vendredi après le repas de midi. Ils rejoignent ensuite, pour passer la fin de  semaine, leurs parents… incarcérés en prison.

Afin de faciliter leur tâche et d’économiser les combustibles, il fut remis, aux habitants du village de Mahereza, 232 fournaux aux familles. La liste des ayants-droit les plus pauvres avait préalablement été établi par le maire de cette commune.

        

De nombreuses larmes de joies furent versées par celles et ceux qui ont reçu un fourneau et des larmes de déception chez ceux qu’il fallut consoler et faire patienter pour 2019?

En collaboration avec  la fondation suisse ADES, produisant à Madagascar, il fut possible d’offrir ces fourneaux (prix coûtant 25.- CHF la pièce). Les représentants de l’entreprise étaient présents sur la place du village et la collaboration continue !

Nous terminons avec le témoignage marquant de notre guide et chauffeur “Coco”, père de 4 jolies fillettes âgées de 3 à 10 ans: «Souvent, nous ne faisons pas deux repas par jour dans ma famille»…

Ces impressions – témoignages sont incomplets. Certaines choses vécues ne peuvent s’expliquer, il faut les vivre sur place. C’est dans ce sens que nous lançons un appel à toutes celles et ceux souhaitant faire une nouvelle expérience.

Bravo à Madagascoeur, Vérène et Thierry. Nous vous souhaitons que de nombreux autres vous rejoignent.

Chantal et Oscar

Mai 2018, Bienne