HISTOIRE

Naissance de Madagascoeur. De notre premier voyage jusqu’à la constitution de l’association.

25 mars 2016 Il est une heure du matin. Nous attendons l’arrivée de nos bagages dans le hall de “TNR”, l’Aéroport International d’Ivato. Notre avion s’est posé. Nous sommes à 10’000 km de chez nous. Bienvenue à Tananarive, Madagascar.

Il y a six mois en arrière pourtant, nous avions commencé à nous renseigner sur nos futures vacances de Pâques  destination… Floride! Et c’est pourtant bien à Madagascar que nous venons d’arriver. Que s’est-il passé durant ces six mois? Pourquoi ce changement soudain de destination?

Octobre 2015 Les Fêtes de fin d’année sont encore loin, mais “notre monde” fait déjà tout pour nous rappeler que cette année encore, nous consommerons, plus que de raison le moment venu, car c’est ainsi chez nous: nous n’y échapperons pas. Quand verrons-nous la famille? Et la belle famille? Quels cadeaux vais-je offrir? Lesquels vais-je recevoir? Oui, offrons la Floride à nos enfants, avec les parcs d’attraction. Mais en plus, nous pourrions faire ceci ou cela et encore placer la barre plus haut. STOP!

Tout, oui nous réalisons que nous avons tout chez nous ici, en Europe, en Suisse. Avons-nous eut de la chance de naître ici? Est-ce un hasard? Est-il écrit quelque part que…? Quoiqu’il en soit, cette succession de petites choses nous ont, à un moment donné fait changer notre destination de vacances. Exit les parcs d’attractions, les longues routes droites et les gros burgers. Nous partirons “faire de l’humanitaire”. Où? A Madagascar. Pourquoi? C’est loin, ça va nous dépayser. Les gens parlent français et il n’y a pas de décalage horaire. Ça ne peut pas nous faire de mal et nos enfants verront que tout n’est pas rose partout sur Terre.

A ce moment là, ni Vérène, ni Thierry ne savent que de ce voyage va naître et grandir quelque chose de nouveau. A aucun moment ils n’ont imaginé ce qu’ils allaient voir et ressentir là-bas, ni l’impact que ceci aurait sur la suite.

Madagascar prendrai bientôt leurs cœurs, Madagascoeur verra bientôt le jour.

Seulement quelques heures de sommeil nous séparent de notre arrivée dans la nuit. Nous avons rencontré Coco, notre guide. Il est venu nous chercher pour nous emmener à Mevarano… Lorsque nous avons organisé notre voyage, nous avons eu plusieurs contacts avec Misa, d’Océane Aventures, à Tananarive. Nous luis avons expliqué nos intentions: 1. de visiter l’île, 2. de profiter de nos vacances, mais 3. aussi d’effectuer une immersion dans un village malgache défavorisé ou nous pourrions amener quelques habits, jouets ou toute autre chose utile. 

Il nous faut 4 heures en 4 x 4 pour parcourir les 150 km de route qui sépare Tananarive de Soavinandriana et 1 heure de plus pour parcourir les 8 km de piste restant jusqu’à Mevarano. Durant ce premier jour, avant même d’arriver au village, nous prenons déjà conscience de la pauvreté des gens, du manque de tout et du fossé qui sépare notre mode de vie du leur. Nous voulions montrer quelque chose à nos enfants de 13 et 15 ans. C’est difficile de comprendre ce qu’ils voient, ça l’est aussi pour nous, adultes.

Pendant deux semaines nous rencontrerons des centaines de personnes, visiteront des dizaines d’endroits de Tananarive à Tuléar, sur la côte Sud-Ouest. Partout le même constat: une précarité que nous n’avions encore jamais vu. Madagascar est l’un des pays les plus pauvres au monde. La population vit avec moins de CHF 2.- par jour. Il n’y a pas de “vieux” et mieux vaut ne pas tomber malade. 

Nous ne rencontrerons cependant que des gens qui nous offrent leur sourires et leur gentillesse, sans rien demander en échange. La population nous a fortement touché, au point que nous n’aurions pas pu rentrer chez nous et faire “comme si de rien n’était”. A notre retour, nous partageons notre voyage avec nos proches.

Le 8 juillet 2016, Madagascoeur est fondée par Vérène, Thierry et Peggy. Le but de l’association est de réaliser différents projets permettant de venir en aide à la population malgache. Depuis cette date, les trois fondateurs mettent de l’énergie en Suisse afin de récolter des fonds. De son côté, sur place, Coco nous conseille et vérifie nos actions sur place. C’est lui qui nous guide lors de chacun de nos voyages là-bas.

Association humanitaire suisse d’entraide à Madagascar basée à Romanel-sur-Lausanne

Pour vos dons: Compte postal 14-988890-4 – IBAN CH92 0900 0000 1498 8890 4 – BIC POFICHBEXXX

Madagascoeur – Chemin des Esserpys 16 – 1032 Romanel-sur-Lausanne – Suisse